RSS
 

Hans Jonas et l’éthique de la responsabilité : conclusion

13 sept

Hans Jonas - Principe responsabilitéCette étude a mis en évidence une opposition entre l’éthique de la responsabilité et notre système politico-économique actuel. Ceci n’est pas sans rappeler la tension qui traverse, chez Lévinas, les concepts de Totalité et d’Infini.

Cependant, si l’analyse de la notion de responsabilité conduit à une critique globale du mode de fonctionnement de nos sociétés, elle conduit aussi à penser des solutions économiques et politiques aux problèmes écologiques et humanitaires engendrés par l’ultra-libéralisme et l’utopie technologique. Ethique jonassienne de la responsabilité et Totalité ne sont donc pas diamétralement opposées. Celle-ci doit pouvoir en effet adopter une attitude responsable, c’est-à-dire respectueuse de la vie humaine actuelle et future. Nous avons d’ailleurs évoqué quelques mesures fortement souhaitables à cet effet.

Cependant, si l’analyse de la notion de responsabilité conduit à une critique globale du mode de fonctionnement de nos sociétés, elle conduit aussi à penser des solutions économiques et politiques aux problèmes écologiques et humanitaires engendrés par l’ultra-libéralisme et l’utopie technologique. Ethique jonassienne de la responsabilité et Totalité ne sont donc pas diamétralement opposées. Celle-ci doit pouvoir en effet adopter une attitude responsable, c’est-à-dire respectueuse de la vie humaine actuelle et future. Nous avons d’ailleurs évoqué quelques mesures fortement souhaitables à cet effet.

Une conception moniste et finaliste du vivant est possible. Elle s’inscrit dans une logique de complémentarité du discours scientifique. Le phénomène du métabolisme met en exergue le fait que tout organisme poursuit une fin : la vie. La réalisation de cette fin est un bien objectif. C’est cela qui nous appelle à la responsabilité, et en premier lieu envers l’autre homme. Car si la vie humaine est en continuité avec le reste du vivant, elle est cependant celle qui a le plus de valeur. C’est avec elle qu’apparaît la conscience la plus développée, condition de possibilité du sentiment de responsabilité. Si nous devons respecter la nature dans son ensemble, c’est dans l’optique d’assurer notre survie. Les fondements de l’éthique jonassienne tiennent compte de la spécificité humaine et du statut unique de notre esprit.

Si le problème des pollutions occasionnées par l’utilisation massive des produits technoscientifiques est réel, l’humanité est bel et bien en danger. Exhiber cette menace revient à stimuler le sentiment de responsabilité. Puisque nous sommes responsables de l’humanité future et que celle-ci se trouve être menacée par notre mode de vie quotidien, adopter une attitude responsable relève du devoir. Mais l’efficacité du sentiment moral est limitée. Pour advenir, il dépend d’une expérience métaphysique que rien ne peut contraindre à éprouver.

Nous devons également prendre en considération les générations présentes damnées. Nous ne sommes pas étrangers au sort qui est le leur. Mais outre cette responsabilité au sens d’imputation causale, nous sommes objectivement responsables des déshérités. C’est pourquoi il conviendrait de leur venir davantage en aide. L’extension de notre mode de vie au monde entier est rendu impossible pour des raisons écologiques. Seuls un meilleur partage et une meilleure répartition des richesses, ainsi qu’un abaissement de notre confort pourraient permettre aux damnés de vivre humainement, tout en préservant l’humanité future.

La responsabilité exige une attitude critique vis-à-vis du libéralisme et de notre utilisation excessive d’objets technologiques. Une telle attitude doit pouvoir être promue par l’éducation et le développement d’une sensibilité écologique et humanitaire. Il s’agit bien d’enseigner les grands principes de la vie et de sensibiliser les jeunes citoyens au miracle de la vie, à son immense valeur.

Plan de l’étude de Hans Jonas * :

* Cliquer sur l’un des liens pour accéder au chapitre correspondant.
Voici la version PDF de mon mémoire :

Mémoire consacré à Hans Jonas : responsabilité et utopie technologique

Mémoire consacré à Hans JONAS : Responsabilité et utopie technologique


 
1 commentaire

Classé dans Hans Jonas

 

Tags : , , , , ,

Réagissez

 

 
  1. F!L___

    13 septembre 2009 à 22:01

    D’accord sur toute la ligne.